AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  CONTACTCONTACT  
Ce forum va reprendre vie à partir d'avril 2016. J'ai quelques trésors à mettre en ligne !!. les vôtres seraient aussi les bienvenus !!

Partagez | 
 

 L'offensive d'Avril

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Christian CALET
*** Fondateur ***
avatar

Messages : 68
Age : 66
Localisation : I.D.F
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: L'offensive d'Avril   Mer 7 Jan 2009 - 19:29

CHEVREUX - LES AMERICAINS - TAHURE -

De la Chapelotte, le Bataillon va cantonner à Archettes.
La Division est groupée au camp d'Arches ; trois semaines de manœuvres nous préparent à une offensive que tout le monde sait prochaine.
En attendant la bataille, des étapes par Plombières, Luxeuil, Belfort nous amène en Alsace, à Soppe-le-Haut d'abord,

soppes le haut 01
soppes le haut 02

à Hagenbach ensuite.

hagenbach


pendant quinze jours le Bataillon creuse des tranchées, des boyaux, fait des emplacements de batteries

Puis il débarque à Montmirail et marche vers les lignes le 16 avril ; marche terriblement difficile pour nos voitures qui enfoncent jusqu'au moyeu sur les routes ramollies par le dégel.
Arrêté à Savigny-sur-Ardre, il est maintenu sur la coupure, prêt à intervenir dans l’offensive, mais finalement n’est pas mis à contribution.
Trois semaines à Tréloup,

treloup

au bord de la Marne. Puis quinze jours à La Chapelle-Véronge,

la chapelle veronge

près de la Ferté-Gaucher et enfin, huit jours au camp de Faîte, où les bombes d'avions nous font un beau vacarme toutes les nuits.
Le 14 juin, au bastion de Chevreux ; pour en chasser l'ennemi, notre artillerie a tout bouleversé à la perfection ; l'artillerie ennemie maintient fort bien les dégâts maintenant.
Aussi le séjour manque d'agrément ; 1 000 obus au moins par jour ; les boyaux pleins d'eau au point que les Chasseurs enlèvent culottes et caleçons pour aller chercher la soupe.

chevreux le bois en mandoline01

Un avion allemand survole régulièrement les tranchées à 400 mètres tous les matins ; dix mitrailleuses groupées l'attendent le 19, il tombe en flammes ; son remplaçant vole beaucoup plus haut le lendemain.

dca
taube06
taube 04


Le 23, un coup de main ennemie échoue sur le poste du chemin de fer, un Allemand tué nous reste.
Le 24, par la nuit très noire, bombardement subit, très violent, de la compagnie MARTEAU (1ère) ; le Lieutenant DEMERON sent venir le coup de main ; il porte sa section en avant pour l'attendre et éviter les obus

chevreux000

Mais l'ennemi passe à côté de ses obus qui continuent à tomber, il arrive à la compagnie TREFCON (2ème) ; le Lieutenant CARRIER-CARRERON, de quart, est tué ; le caporal LECLERC est saisi à la gorge ; un Chasseur, RENAUDOT pris par le ceinturon, voit un pistolet lance-fusées braqué sous son nez.
Les grenadiers FERBUS et BALLAMDRAS se distinguent ; leurs grenades font merveille ; trois Allemands sont tués, ils nous restent ainsi que leur pistolet lance-fusées ; aucun des nôtres ne manque.

Le Bataillon est relevé le 29.

Il est à Boviolles le 9 juillet (région de Ligny en Barrois); il va y informer le 1er Bataillon du 5ème régiment de marine américain.

boviolles
3 photos de l'histo 90

Les Chasseurs, fiers de remplir un rôle dont ils comprennent toute l'importance, ont une attitude et une conduite impeccables ; ils sont vite séduits par l'enthousiasme et le désir d'apprendre de leurs nouveaux frères d'armes: la franche cordialité s'établit.

americain à chassemy

On se quitte le 7 septembre, avec le très vif regret que l'espoir conçu d'aller se battre côte à côte ne se réalise pas.
Le général DE POUYDRAGUIN quitte la 47ème division pour le 18ème corps d’armée.
Ses visites au créneau le plus exposé, ses promenades dans nos lignes par de durs bombardements lui avaient valu une affectueuse admiration des Chasseurs.

de pouydraguin

Le général DILLEMANN le remplace.

dilleman


Le Bataillon est en ligne au saillant de Tahure du 16 au 26 septembre, à la butte de Tahure du 11 au 26 octobre.

tahure 1ère ligne
tahuie02

Il participe à divers coup de main : saillant 530 (21 septembre), sur la Dormoise le 26 septembre, butte de Tahure le 28 septembre.

tahure01 tranchées allemandes

Il y a eu échange de souvenirs lorsqu'on s'est séparé des américains, des Chasseurs ont rapporté des chapeaux, ils les montrent. A titre de vérification sans doute, l'ennemi tente coup de main sur coup de main ; peine inutile, il n'a pas un succès.

tahure prisonniers

Le 24 octobre, une partie de la compagnie TREFCON (5ème) fait une sortie vers la région 407 ; l'ardeur est telle qu'il faut désigner non ceux qui sortent, mais ceux qui restent.
Une douzaine de STOCKES (1) et l'artillerie coiffent parfaitement les mitrailleuses connues, pas une ne tirera. Le capitaine DOLIGEZ complète l'encagement ? avec une cinquantaine de mitrailleuses.

tahure888

Trois groupes sortent par la nuit absolument noire, déroulant des tresses blanches pour trouver aisément le chemin du retour dans le terrain plein de trous d'obus, et de fils de fer.
Onze Allemands sont tués, sept abris sont traités avec des bidons d'essence et des grenades incendiaires.
Le détachement rentre au complet, la compagnie est citée à l'ordre de la division.
Le 27 octobre, le « 30 », toujours aux ordres du chef de bataillon LATRABE, est relevé puis transporté par camions à Saint Germain la ville.



(1) Le mortier moderne, lui, va naître dans la boue des tranchées de la Première Guerre mondiale, l'infanterie a besoin d'une arme pour atteindre son adversaire dans la tranchée en face. On va mettre au point une série d'armes pratiquant le tir courbe, comme les lance-torpilles ou les lance-grenades. En 1915, Sir Wilfred Stokes met au point son trench mortar, littéralement mortier de tranchée, qui devient le premier mortier moderne. Appelée crapouillot, par les soldats français, cette arme et ses dérivés sont utilisés tout le long de la guerre avec un grand succès. En effet, sa trajectoire courbe permet d'atteindre plus facilement les tranchées adverses que l'artillerie qui tire très en arrière du front.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'offensive d'Avril
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Topic Unique] Lyon 6, 7, 8, 9 & 10 Avril 2011
» [Musical] Hairspray à Paris en avril 2011
» Convention Tim Burton (23 au 25 avril 2011)
» [Topic Unique] Rennes 14, 15, 16 & 17 avril 2011
» La journée du 5 avril ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'HISTORIQUE DU 30ème BATAILLON DE CHASSEURS :: DEUXIEME CHAPITRE - 1914 - 1919 - :: L'OFFENSIVE D'AVRIL-
Sauter vers: