AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  CONTACTCONTACT  
Ce forum va reprendre vie à partir d'avril 2016. J'ai quelques trésors à mettre en ligne !!. les vôtres seraient aussi les bienvenus !!

Partagez | 
 

 La Sarre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Christian CALET
*** Fondateur ***
avatar

Messages : 68
Age : 66
Localisation : I.D.F
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: La Sarre   Jeu 8 Jan 2009 - 1:07

LA SARRE




Le 22 août 1939, le Bataillon reçoit l'ordre de mise sur pied de l'échelon A.

Cet échelon embarque le 23 août à 4 heures, en gare de Varangeville



varangéville03

et débarque à Sarre-Union d’où il va cantonner dans les localités suivantes :

 État-major, C.H.R., 2ème compagnie et C.A. à Harskirchen
 1ère compagnie à Bissert ;
 3ème compagnie à Villeneuve.

capitaine berenger (où?)[/b]



Au cours des journées qui suivent, les unités exécutent le piquetage de leurs positions et organisent la défense passive contre les attaques aériennes.
Le 31 août, l'échelon "B" du Bataillon, mis sur pied à Saint-Nicolas depuis le 25 août, embarque en chemin de fer à Ville-en-Vermois débarque à Sarre-Union dans la soirée et rejoint les cantonnements du Bataillon.

[b]sarre union00
sarre union01
1919 ou 1939 ?


Encadrement du bataillon le 1er septembre.
Etat-major.

Commandant Marlier, chef de bataillon.
Capitaine Vergnette de la Motte, adjudant major.
Médecin capitaine Desgeorges.
Sous-lieutenant Carnet, officier des détails.
Lieutenant Reimbeau, officier adjoint.
Sous-lieutenant Forissier, officier Z.
A la disposition du chef de corps : lieutenant Godinot.
C. H. R.
Capitaine Loesch, commandant de compagnie.
Lieutenant Bouvy, officier d'approvisionnement.
Sous-lieutenant Savard.
1re compagnie.
Capitaine Bois, commandant la compagnie.
Lieutenant Rogez.
Sous-lieutenant Wallart.
2e compagnie.
Lieutenant Roch, commandant la compagnie.
Lieutenant Dommange.
Sous-lieutenant Treilhes.
Sous-lieutenant Orssaud.
3e compagnie.
Capitaine Grenier de Lassagne, commandant la compagnie.
Lieutenant Pujalet.
Lieutenant Lebrun.
Sous-lieutenant de Poix.
Compagnie d'accompagnement.
Lieutenant Bérenger, commandant la compagnie.
Lieutenant Bailly.
Lieutenant Méjasson.
Lieutenant Thubé.
Sous-lieutenant Champeaux.

EFFECTIF DU BATAILLON.
Officiers : 26.
Sous-officiers : 101.
Troupe : 828.
MATÉRIEL ROULANT ET ANIMAUX.

30 voitures hippo à 2 roues.
18 voitures hippo à 4 roues.
5 cuisines roulantes.
2 voitures automobiles de tourisme.
14 camionnettes.
12 chevaux de selle.
57 chevaux de trait.
16 mulets.
4 chiens de transmissions

Le 2 septembre le Bataillon apprend la mobilisation générale et, le 4 septembre, l'état de guerre.
Le sous-lieutenant CHAMPEAUX, avec 20 Chasseurs, est envoyé à Sarreinsming pour en ramener un troupeau de bétail ; le 3 septembre c'est le lieutenant TREILHES qui, avec 40 Chasseurs, est envoyé à Willerwald avec une mission semblable. Enfin, le 5 septembre, le lieutenant MEJASSON est chargé de récupérer le bétail de la région de Keskastel.
Le 5 septembre, à 19 heures, le Bataillon reçoit l'ordre de faire mouvement sur Woustviller Le départ a lieu à 23 heures. Le Bataillon arrive au petit jour et cantonne.
Dans la nuit du 7 au 8 septembre, le Bataillon se porte dans le bois du Spitzwald, au sud d'Ippling, et y bivouaque en se gardant face au Nord-Est.
Le 8 septembre, l'ordre concernant la pénétration en territoire sarrois est donné au Bataillon la journée se passe en préparatifs.
Le 9 septembre, à 3 heures du matin, le bivouac est levé. A travers les bois et les prés, le Bataillon gagne Welferding. De là, il traverse la Sarre à partir de 7 heures du matin, sur des radeaux sacs Habert. La traversée dure jusque dans l'après-midi, car le 170ème R. I. passe par les mêmes moyens de franchissement et l'opération, en ce qui concerne le Bataillon, en est forcément très ralentie. Cependant, à 15 heures, les trois compagnies de voltigeurs progressent au Nord de Hanweiler et, à 16 h 30, KLeinbittersdorf , premier objectif, est occupé ; la 1ère compagnie tient la partie Est du village, la 2ème compagnie occupe le terrain entre le village et le Vorderwald, la 3ème compagnie occupe Auersmacher, où l'a dirigée le chef de Bataillon dès qu'il a connu la contre-attaque que vient de subir, à notre droite, le 170ème R.I.. Le P.C. du Bataillon est à Hellesmühle. Seuls quelques coups de feu ont été essuyés par les éléments avancés et une pièce de 25.
Le 11 septembre le Bataillon est dépassé par le 8ème B.C.P. et se porte au Nord du village, sa droite au Vorderwald.
Le 12 septembre le Bataillon, disposé par compagnies successives, occupe, avec la 2ème compagnie, les avant-postes entre l'Hinterwald et le Moulin à Plâtre ; avec la 3ème compagnie, le ravin de Bubingen ; avec la 1ère compagnie, la Tuilerie.
La 2ème compagnie reçoit un bombardement d'artillerie pendant son mouvement. Le Chasseur BOUHOUR est blessé.
Le 13 septembre, le commandant MARLIER, qui est allé visiter les avant-postes de la 2ème compagnie, est blessé à la main par une balle de mitrailleuse au cours de sa reconnaissance. Il est évacué. Le capitaine Vergnette de la Motte reçoit le commandement provisoire du Bataillon.
Dans la soirée, le 30ème est regroupé sur une deuxième position entre la Poterie et la Tuilerie. Au cours de la relève par une compagnie du 8ème B.C.P; la 2ème compagnie est prise sous un assez violent bombardement d'artillerie.


Le dispositif du Bataillon est le suivant :
- P.C. à la sortie nord de Kleinbittersdorf, sur la petite route de Bubingen ;
- 1ère compagnie, de gauche à la Poterie, à cheval sur les deux routes de Bubingen ;
- 2ème compagnie en avant de la Tuilerie ;
- 3ème compagnie sur la ligne d'arrêt jalonnée par le funiculaire.

Le Bataillon travaille avec ardeur sur cette position. Il exécute toutes les nuits, par portage à bras, le ravitaillement en munitions et en matériel de toutes sortes du 8ème Bataillon de Chasseurs.
Le Bataillon reçoit quelques obus et quelques balles passant au-dessus du 8e B.C.P. Le sergent LESEURE de la 3ème compagnie est blessé le 14 ; le caporal LAUTRETTE, de la 2ème compagnie, est blessé le 16 ; le Chasseur MATTERN, de la C.A., est tué (blessé ?)le 17 par un obus passé au-dessus des lignes du 8° B.C.P.
Le 23 septembre le Bataillon reçoit l'ordre de se porter le lendemain en réserve à Welferding. Il ne doit pas être relevé.
Le 24 septembre, à 21 heures, les unités se portent à Welferding par le pont de Grossbliederstroff et y cantonnent.
Du 24 septembre au 3 octobre le Bataillon cantonne à WeIferding. Il se repose, reconnaît et organise la position qui lui est assignée en cas d'alerte : cours de la Sarre, entre Grossbliederstroff exclu et le confluent de la Blies inclus.
Le 3 octobre le commandant MARLIER reprend le commandement du Bataillon.
Le même jour, à 18 heures, le 30ème reçoit l'ordre de se porter à Rouhling pour y relever un Bataillon du 23ème R.T.A.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La Sarre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» fortification de la Sarre
» La vallée de la Sarre
» Balade en Lorraine et le long de la Sarre.
» Kansas , entre St Avold et Sarre-union
» Kimmel (Sarre Union, 67)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'HISTORIQUE DU 30ème BATAILLON DE CHASSEURS :: QUATRIEME CHAPITRE :: LA SARRE-
Sauter vers: